Elena Costelian

© Elena Costelian 2011

Artist statement

Elena Costelian’s work refers to the memory of places and events. She traveled in the contaminated zone of Tchernobyl collected pictures and map with the intention of rebuilding the topography of the catastrophe’s area. She constructs monumental installation evoking the territory she had crossed in the zone.

Elena Costelian utilise différents médiums qu’elle met en scène dans d’imposantes installations, questionnant à travers ses divers voyages les lieux imprégnés par l’histoire collective.

Travel as art

Elena Costelian tries to transform a travel on an piece of art. The relationship with different people and the territories she had crossed generates the work. In the Tchernobyl on Tour project, she worked on the idea of moving in a specific land : the contaminated zone, which is now erased from maps. She worked on the mapping of this zone trying to reconstruct vanished cities and her route in the zone. Sail the world follows this experimentation in another geographic zone : international waters.

Le travail d’Elena Costelian s’inscrit dans un processus de mobilité : faire d’un voyage une œuvre.

“Dans un déplacement géographique nous sommes toujours confrontés à un territoire jalonné par des rencontres humaines et c’est précisément de ces deux éléments qu’émerge l’œuvre. Dans le projet Tchernobyl on Tour, l’idée était de travailler sur la question du déplacement dans une lieu hors norme (zone contaminée) un territoire rayé de la carte du monde. Un travail de recherche sur la cartographie m’a permis de faire une reconstitution des lieux disparus et de mon itinéraire dans la zone. Sail the word s’inscrit dans un même désir d’expérimenter l’itinéraire dans d’autres zones géographiques : la haute mer, zone maritime n’étant sous l’autorité d’aucun état.”

Project

A mapping work is realized by Elena Costelian during the trip. Each photo taken by Julie Meyer matches with a map drawn by Elena Costelian. The maps will show the boat’s position (latitude and longitude). These serial data are collected daily in the ship-log and weakly updates on the blog. The collection of maps will follow the Rara Avis’ route. Between reality of a territory and its representation hides the imaginary.

Cartographie imaginaire


“Dans le cadre du projet Sail the world, l’idée est de travailler sur cette notion de parcours en l’inscrivant dans l’itinéraire du voyage maritime de la traversée de l’océan l’Atlantique. Comment retracer l’itinéraire de ce parcours ?
Un travail sur la cartographie marine sera entrepris lors de la traversée. En réponse aux photographies réalisées aux quarts de la journée correspondra la mise en place protocolaire d’une prise de coordonnées géographiques (longitude/ latitude) grace à un système GPS dont je serai équipée. Ce système de géolocalisation sera reporté sur un journal de bord qui donnera naissance à des dessins de cartes retraçant l’itinéraire.
L’idée du projet est de créer une carte, qui retrace le parcours du Rara Avis en utilisant l’espace de la carte comme objet de création plastique. Le monde des cartes n’est pas mimétique par nature. Il y a toujours un écart entre un référent qui est le globe terrestre, et sa représentation. Dans cet écart entre la réalité et sa représentation se glisse l’imaginaire qui fait l’objet de mon investigation plastique.

Sound

Elena Costelian will also record the life aboard : the sounds of the ship, the sea, the wind and collect the testimonies of the crew during the trip. The sounds will be broadcasted on the blog and updated in each stopover.

Captation sonore

“Je souhaite également mettre en place une captation sonore, qui rendrait compte de la vie a bord du Rara-Avis. Dans un prèmier temps je voudrais enregistrer l’ambiance sonore du bateau, de la mer, du vent puis je recueille des témoignages des gens de leurs parcours de vie tout au long de la traversée…. Afin de créer une sorte de radio ambulante que je remets à  jour à chaque escale.”

2 Responses “Elena Costelian” →

  1. Bernard GIMMIG

    March 25, 2012

    Bonjour Elena,site très intéressant.
    je te souhaite mille bonnes choses pour la suite des tes travaux et navigations.
    Un jour il y aura un “Victoria” j’en suis sûr.
    regarde sur le site de Titouan LAMAZOU, l’artiste navigateur dont je t’ai parlé, pour son projet de “bateau atelier autour du monde”.
    Tu devrais retrouver de tes aspirations dans ce projet.
    Il n’y a que l’utopie qui vaille et les gens qui rêvent le jour vont plus loin que ceux qui ne rêvent que la nuit.
    Amicalement
    Bernard

    Reply
1 Trackback For This Post
  1. Tchernobyl on tour …… et s’en aller | une dilettante

    […] on tour …… et s’en aller Tchernobyl on tour d’Elena COSTELIAN et … et s'en aller de Chourouk HRIECH Jusqu'au au 11 novembre 2012 à la Kunsthalle de Mulhouse […]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: